Une éolienne est principalement composée des matériaux suivants : cuivre,fer, acier, aluminium, plastique, zinc, fibre de verre, béton. 98 % du poids de ces matériaux sont recyclables. Seule la fibre de verre des pales ne peut actuellement être recyclée (2 %), mais des recherches sont en cours.

98 % du poids d’une éolienne sont recyclables

Des pistes pour recycler les pales

On a récemment mis au point un procédé permettant d’utiliser la fibre de verre dans la fabrication de ciment. Les pales sont d’abord broyées puis enrichies pour servir de substitut aux matières premières dans la fabrication de ciment.

Aux Etats-Unis, un procédé de broyage des pales mis au point par l’Université de Washington et General Electrics permet d’obtenir un matériau très résistant utilisé comme dalles, glissières de sécurité ou panneaux de construction. Aux Pays-Bas, des architectes ont réalisé des aménagements de plaines de jeux à l’aide de morceaux de pales, ainsi que des bancs publics et des abris-bus.

Pas de déchets nocifs

Notons aussi que ces déchets non-recyclables ne présentent pas de nocivité pour la santé humaine, au contraire de déchets nucléaires, que l’on envisage aujourd’hui d’enfouir dans le sous-sol.

Toute unité de production de l’énergie produit des déchets, qui peuvent nuire à l’environnement. Avec l’éolien, au regard de sa durée et de vie et de sa productivité, on peut dire que la quantité de déchets résiduels non recyclables sont limités. La production d’énergie ne rejette aucune émission dans l’atmopshère.

Même le socle est recyclable

Même le socle en béton est lui aussi entièrement recyclable en granulats pour une réutilisation en sous-couche routière ou en construction. A la fin de sa vie, l’éolienne peut être facilement démontée, le socle de béton peut être récupéré, et l’emplacement peut être à nouveau végétalisé ou cultivé.

Aucune pollution ne subsiste.

Obligation de remettre le terrain en état

Le responsable du parc éolien est en outre tenu de remettre la parcelle de terrain entièrement dans son état initial. Une garantie de 80.000 € par éolienne est d’ailleurs déposée sur un compte bloqué pour assurer que ce démantèlement pourra se faire par les autorités wallonnes même en cas de faillite de l’entreprise (voir * et **.

Sources :